Aller au contenu principal

Agence d'Urbanisme de la Région Nantaise

L’Agence d’urbanisme de la région nantaise (AURAN) produit des analyses, décrypte les tendances et actualise des données pour les collectivités. C’est un outil partenarial d’aide à la décision pour les élus et une ressource pour la compréhension et la mémoire des territoires.

Pour une meilleure prise en compte du vieillissement dans les politiques publiques

Le 3ème grand débat citoyen organisé par la métropole nantaise s’est clôturé le 31 mai dernier. Pendant plusieurs mois, l’ensemble des habitants de la métropole nantaise ont été appelés à réfléchir sur la question du vieillissement de la population et de la longévité.

Pour participer à cette démarche et à la demande de la Présidente de la Métropole nantaise, l’Auran s’est engagée dans la production de plusieurs travaux. Ceux-ci ont été conduits par l’agence avec un double objectif :

  • Apporter les éléments nécessaires à la compréhension de ce phénomène démographique
  • Produire des travaux qui rendent compte des spécificités locales du vieillissement, tant à l’échelle de la métropole nantaise et des communes qui la composent, mais aussi à l’échelle de toutes les intercommunalités de Loire Atlantique.

Toutes ces démarches ont ainsi permis à l’Auran de renforcer son expertise sur le vieillissement démographique et ses nombreuses incidences sur les politiques publiques locales, pour la mettre à disposition de l’ensemble de ses adhérents.

 

 

Dynamique démographique locale

Nantes Métropole où comment vieillir en restant jeune

Avec 100 000 personnes de 65 ans et plus en 2014, Nantes Métropole reste un territoire relativement jeune grâce à son dynamisme démographique. Cependant la métropole s’apprête à compter 80 000 seniors supplémentaires d’ici 2050. Alors que la croissance démographique de Nantes Métropole n’a jamais été aussi forte au cours des dernières années (+1,4 % par an entre 2010 et 2015), celle des seniors le sera encore plus dans les années à venir (+2,2 % par an entre 2014 et 2030).Ce phénomène renvoie au vieillissement démographique. À Nantes Métropole, comme partout en France, il est principalement alimenté par le vieillissement des générations nombreuses nées après la seconde guerre mondiale (baby-boom) et l’allongement de l’espérance de vie. D’autres facteurs peuvent accentuer le vieillissement : la baisse de la natalité ou encore les migrations résidentielles, même si ces deux derniers facteurs permettent à Nantes Métropole, à l’inverse, de l’atténuer. Le vieillissement n’aura pas les mêmes enjeux selon les tranches d’âges considérées. Ainsi, les plus jeunes seniors seront davantage dans une logique de poursuite de leur vie sociale et culturelle et organiseront aussi, pour une partie d’entre eux, une nouvelle étape de leur parcours résidentiel. Au fur et à mesure de l’avancée dans l’âge, le maintien d’une bonne santé sera une préoccupation grandissante. Enfin, d’ici quelques années, le vieillissement se traduira également par une augmentation du nombre de décès, interrogeant ainsi le dimensionnement des équipements de la gestion de fin de vie.

 

Pratiques de mobilité

Dans la famille mobile, je voudrais la grand-mère

« Le calendrier est formel, dans 2 jours, 3 heures et quelques minutes, vous aurez 65 ans et vous deviendrez senior. Sanction calendaire oblige, votre mobilité ne sera plus que difficultés ». Cette approche négative, souvent entendue sur la mobilité des seniors, est réductrice et fausse. Les politiques publiques ne peuvent se contenter d’appréhender la mobilité des seniors, et le vieillissement de la population en général, uniquement par le prisme de l’âge. Nos déplacements nous entraînent toujours plus vite, toujours plus loin. Ce qui tend à évoluer néanmoins c’est que ce phénomène ne touche plus uniquement les actifs, mais concerne aussi les seniors. Des seniors à la mobilité quasi similaire à celle des actifs et ce, de plus en plus longtemps malgré l’avancée dans l’âge. Comment l’expliquer ? L’une des raisons tient au fait qu’ils ont été au cœur de ce grand basculement vers « l’hyper-mobilité » collective érigée en norme d’une vie dynamique et bien remplie. Ils ont connu les migrations vers les villes centres puis vers les zones péri-urbaines, le rallongement des distances et, par ricochet, la consécration de la voiture et de la vitesse, les évolutions des transports, de la communication et de la mobilité virtuelle. Ils ont accompagné à leur manière ces mutations et se sont adaptés en conséquence. Cependant, les enjeux sont réels et existent déjà. Ce qui évolue c’est qu’ils concerneront de plus en plus de personnes, 2 700 personnes chaque année devenant seniors dans la métropole. Il s’agit surtout d’anticiper, préserver ou compenser la capacité à se mouvoir tout en tenant compte de la pluralité des profils et besoins des seniors. Une population plus exigeante, moins captive, qui ne souhaite pas être stigmatisée par son statut et veut être pleinement intégrée à la vie sociale et associée aux services publics.

 

 

Revenus et patrimoine

Non, tous les seniors ne roulent pas sur l’or

Le contexte social national des dernières semaines a remis sur le devant de la scène la situation économique des seniors : évolution du taux de CSG, indexation des retraites sur l’inflation... À cela, s’ajoutent les discussions liées aux évolutions envisagées du système des retraites : allongement de la durée de cotisation, mécanismes de décote et de surcote, passage à une retraite par points etc. Cette synthèse de l’Auran aborde la question des revenus et du patrimoine des seniors en s’attachant plus particulièrement à une meilleure compréhension de la situation locale. Jusqu’à peu, les seniors apparaissaient souvent comme des personnes plutôt riches, bénéficiant d’un patrimoine élevé et d’un revenu mensuel garanti. Si ce n’est pas totalement faux, il est nécessaire de rappeler que de grands écarts de revenus existent aussi entre les seniors. Même si les inégalités apparaissent localement moins marquées qu’ailleurs, la pauvreté est une réalité qui touche plus de 9 000 ménages âgés dans la métropole nantaise. Cette situation n’est pas non plus homogène sur le territoire métropolitain et se traduit par une intensité plus ou moins forte selon les quartiers, l’histoire et les spécificités de chaque commune. Mais voilà, les « vieux pauvres » sont bien souvent oubliés. Cette situation et son évolution future probable, appellent une action publique locale renforcée et diversifiée dans les années à venir : parce que le nombre de ménages seniors pauvres devrait augmenter fortement, ne serait-ce que par la dynamique démographique locale, et parce que les parcours de vie qui mènent à une situation de pauvreté au grand âge et les besoins qui en découlent sont nombreux. Bref, autant de sujets sur lesquels des politiques publiques locales peuvent apporter des réponses complémentaires et adaptées.

 

 

 

Les autres contribution de l’Auran

L’animation de la communauté des Observateurs : les quartiers « seniors friendly »

L’Auran a proposé une méthode permettant d’animer sur 8 communes de la métropole une démarche où les habitants pouvaient évaluer et qualifier le niveau d’adéquation de l’espace public aux seniors. Au-delà des éléments théoriques utilisés pour construire la carte senior friendly, cette communauté des « observateurs » a permis de réaliser avec les habitants volontaires une analyse terrain complémentaire.

Cette démarche a permis de synthétiser les différentes expressions remontées par les participants et ainsi qualifier les différents quartiers, communes, secteurs de la métropole et constituer une expertise locale sur le sujet, reproductible sur l’ensemble des territoires accompagnés par l’Auran.

 

La poursuite du débat en communes

Pour appuyer les communes à relayer sur leur territoire les enjeux du grand débat sur la longévité, l’Auran s’est également rendue disponible auprès de celles qui en ont fait la demande (Orvault, La Chapelle-sur-Erdre, Sautron, Couëron, La Montagne et Mauves-sur-Loire) pour présenter le contexte socio-démographique communal et le mettre en perspective avec celui de la métropole nantaise et des autres intercommunalités de Loire-Atlantique.

 
Pour aller plus loin, les cahiers d’acteurs

3 cahiers d’acteurs ont été livrés à la Métropole nantaise en amont du grand débat. Ceux-ci sont consultables sur le site du grand débat :

https://dialoguecitoyen.metropole.nantes.fr/pages/les-ressources-documentaires-du-grand-debat-longevite

 

 

Partagez