Aller au contenu principal

Agence d'Urbanisme de la Région Nantaise

L’Agence d’urbanisme de la région nantaise (AURAN) produit des analyses, décrypte les tendances et actualise des données pour les collectivités. C’est un outil partenarial d’aide à la décision pour les élus et une ressource pour la compréhension et la mémoire des territoires.

Portrait de l'énergie éolienne en Loire-Atlantique

L’éolien constitue une part toujours plus importante du mix énergétique français : tirée par la croissance du parc et les évolutions technologiques, la production électrique d’origine éolienne est en progression constante en France mais aussi en région Pays de la Loire.

La région des Pays de la Loire est la 6ème région productrice d’électricité à partir d’éoliennes en France (périmètre des nouvelles régions) avec 1 261 GWh injectés sur le réseau en 2016 pour une puissance de 732 MW, soit 6% de la puissance éolienne installée au niveau national (source RTE).

État des lieux

Depuis 2003, la puissance éolienne en région Pays de la Loire n’a cessé d’augmenter pour atteindre 732 MW en 2016. Le rythme de développement de la puissance éolienne annuelle constaté est soutenu et atteint 11% par an sur la période 2010-2016. Toutefois la part de la production électrique à partir d’éoliennes dans le mix énergétique régional reste faible par rapport aux besoins liés à la consommation (4,6% en 2016).

 

Le département de la Loire-Atlantique représente 44% de la puissance éolienne installée en région Pays de la Loire. À fin 2016, 33 parcs sont installés en Loire-Atlantique et regroupent 154 éoliennes pour une puissance installée de 320 MW.

Source : SDES, DREAL, ENEDIS, AURAN, 2018

Ces parcs éoliens sont situés en majorité dans le Nord-Est du département (47% de la puissance installée sur la Communauté de Communes de Châteaubriant Derval et la Communauté de Communes du Pays d’Ancenis) et sur la façade littorale au Sud du département (23,5% de la puissance installée sur la Communauté d’Agglomération Pornic Agglo Pays de Retz et la Communauté de Communes Sud Retz Atlantique).

 

Le parc éolien type du département possède une puissance installée de 10 MW. Il regroupe 5 aérogénérateurs munis de turbines de 2 MW dont la hauteur se situe entre 120 et 150 m du sol.

Le département de la Loire-Atlantique détient une spécificité à l’échelle locale puisque de nombreux projets éoliens ont ouverts leur capital à de l’investissement participatif : ferme éolienne d’Avessac (Redon Agglomération), Eolandes à Teillé (Communauté de Communes du Pays d’Ancenis)…

 

 

 

Perspectives de développement

La Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) établit au niveau national les priorités d'actions des pouvoirs publics dans le domaine de l'énergie. Concernant la filière éolienne, la PPE  fixe selon les scénarios (haut ou bas) un objectif national compris entre 24 800 MW et 29 000 MW de puissance éolienne installée à l’horizon 2023.

Aujourd’hui, au regard des objectifs du Schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE) et de la mise en service des parcs éoliens en mer au large de Saint-Nazaire et des Iles d’Yeu et de Noirmoutier, la puissance éolienne installée en région Pays de la Loire pourrait être multipliée par trois à l’horizon 2020.

Au niveau départemental, sans compter le parc éolien en mer, la puissance éolienne installée en 2020 pourrait augmenter de 30% par rapport à 2016.Toutefois, les projets restent impactés par des délais d’incubation importants (entre 6 et 7 ans) ainsi que des problématiques d’acceptabilité sociale prégnantes : la qualité du paysage et le bruit constituent les principales causes de perception négative des éoliennes (source : France Energie Éolienne, Observatoire de l’éolien 2016).

Dans le cadre de l’élaboration de la PPE 2018-2023, une démarche de concertation visant à associer l’ensemble des acteurs locaux a été mise en place par l’État afin d’approfondir les enjeux liés au déploiement de l’éolien: cadre réglementaire, retombées fiscales, financement des projets, renouvellement des parcs existants (« repowering ») et protection de la nature et des paysages. Dix propositions ont été formulées en janvier 2018 pour accélérer la concrétisation des projets et améliorer leur acceptabilité au niveau local. Sur saisine du ministère de la Transition écologique et solidaire, la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) organise par ailleurs des débats en région du 19 mars au 30 juin 2018 portant sur la future PPE.

Partagez