Aller au contenu principal

Agence d'Urbanisme de la Région Nantaise

L’Agence d’urbanisme de la région nantaise (AURAN) produit des analyses, décrypte les tendances et actualise des données pour les collectivités. C’est un outil partenarial d’aide à la décision pour les élus et une ressource pour la compréhension et la mémoire des territoires.

Filière immobilière de la métropole nantaise : une croissance dans la moyenne des grandes métropoles depuis 2015

29 400 emplois salariés privés en 2019

En décembre 2019, la filière immobilière représentait un peu moins de 30 000 emplois sur la métropole nantaise, soit 10% de l’emploi métropolitain. Cette filière se décompose selon trois grandes familles d’activité :
• Les activités immobilières liées au marché de l’immobilier (transactions / gestion), qui représentent 4 000 emplois sur la métropole nantaise
• Les activités d’ingénierie et de conception architecturale, avec près de 9 800 emplois
• Les activités de promotion immobilière, construction et travaux qui représentent 15 500 emplois
L’emploi résultant de l’activité d’investissement dans l’immobilier par des sociétés foncières peut également s’appréhender en observant l’activité des fonds de placement (une centaine d’emplois sur la métropole), dont l’action dépasse cependant la sphère immobilière et le périmètre local.

La filière immobilière compte 9 320 établissements (soit 16 % du total des établissements) sur le territoire de Nantes Métropole en 2019, et 8 210 entreprises. 3 entreprises sur 4 sont unipersonnelles (sans salarié) dans cette filière, et 95 % emploient moins de 10 salariés. La dynamique de création est plutôt forte localement : en 2019, le taux de création d’établissement est de 17 pour 100 établissements existants à Nantes Métropole, soit un niveau supérieur à la moyenne des EPCI métropolitain (14%) et national (13%).

 

+ 14 % d’emplois depuis 2015

Depuis 2015, l’emploi dans la filière de l’immobilier a augmenté de 14 %, un rythme similaire à l’économie de la métropole nantaise, tous secteurs confondus. Cette évolution est aussi similaire à celle des grandes métropoles française (en moyenne), et sur une dynamique plus forte que la moyenne nationale (+8 %).

Avec 15 500 emplois, la moitié de la filière métropolitaine est représentée par les activités de construction (hors travaux publics) dont une partie relève de la promotion immobilière (680 emplois). Les dynamiques locales d’emploi sont supérieures aux hausses nationales, mais en deçà des performances des autres métropoles. Les activités immobilières sont en revanche plutôt dynamiques à Nantes, hormis les activités de gestion, en recul, comme ailleurs en France. Un tiers des emplois relèvent d’activités d’architecture, qui constituent un vrai moteur de la filière avec une évolution nettement plus élevée que la moyenne des métropoles ou nationale.

Parmi les territoires de comparaison, Lyon et Toulouse se distinguent également par un nombre conséquent d’emplois sur leur bassin. Localement, le développement du Pôle économique dédié aux industries créatives et culturelles et la présence de l’École nationale supérieure d'architecture sur Nantes sont notamment des facteurs favorisant cet écosystème.

 

Emploi salarié privé de la filière immobilier en 2019 et évolution depuis 2015


Source : Urssaf Acoss 2019, traitement AURAN.2020
EPCI métropolitaines : Bordeaux, Strasbourg, Aix-Marseille, Lyon, Grand Paris, Lille, Grenoble, Rennes, Rouen, Montpellier, Nantes, Toulouse

 

Tensions récurrentes sur le marché de l’emploi

Une étude de la DARES indique que les métiers de la construction comptent parmi les métiers les plus en tension en 2019 en Loire-Atlantique, lié en premier lieu à une intensité des embauches élevée et persistante, qui témoignent d’une forte rotation de la main d’œuvre, et à des conditions de travail contraignantes pour une majorité de postes sur le terrain. Ces tensions sont partagées sur l’ensemble du territoire national, elles semblent donc inhérentes à l’attractivité de la profession, sans témoigner à priori de spécificités locales.

 

Niveau de tension estimé dans les métiers du bâtiment et de l’immobilier en Loire-Atlantique

Source : DARES - Les tensions sur le marché du travail en 2019, données Loire-Atlantique

 

Un secteur au cœur de la relance économique

La crise sanitaire et le premier confinement ont impacté la filière immobilière, avec pour la construction l’arrêt des chantiers au printemps 2020 et un ralentissement des transactions et de l’activité immobilière. Le redémarrage estival et la fin de l’année chargée ont permis de rattraper une partie des occasions manquées du printemps. Mais si l’activité de la construction a repris des couleurs depuis cet été, l’emploi, notamment intérimaire, a tout de même diminué sur les T2 et T3 2020 (par rapport à 2019). En revanche, il progresse dans les activités immobilières, à un rythme toutefois plus faible qu’auparavant. Sur les territoires voisins de la métropole, l’activité immobilière figure aussi parmi les rares secteurs créateurs d’emploi ces derniers mois. Fin 2020, la Banque de France a souligné la tendance favorable du secteur du bâtiment, mais a également pointé le recul net des activités de travaux publics.

La filière immobilière n’échappe pas aux tensions sur les trésoreries, exacerbées par la crise sanitaire. Avec 482 millions d’euros d’encours à court terme pour les secteurs construction et activités immobilières réunis, les entreprises de la filière immobilière figurent parmi les plus endettées de l’économie (30 % de la dette de court terme de l’économie locale). L’endettement de court terme dans la construction est en forte hausse (+31 % depuis 2018). L’endettement moyen terme déjà élevé a aussi augmenté (470 M€ en 2020 et 78 M€ de plus depuis 2018, soit +20 %). Au 1er janvier 2021, le secteur avait contracté sur le territoire de la Loire-Atlantique 150 M€ de Prêts garantis par l’État, dans le cadre du plan de soutien aux entreprises face à la crise de la Covid19. Par ailleurs, 13,1 M€ d’aides au titre du fonds de solidarité nationale (soutien aux TPE/PME suite à la crise sanitaire) ont été attribués en Loire-Atlantique pour les entreprises de la construction.

La filière immobilière est un secteur clé de l’économie. Elle contribue au développement économique local particulièrement dans la mise en œuvre des politiques locales de logement et d’accueil des entreprises. L’accroissement des dettes de court terme fait peser une menace, notamment pour les petites entreprises si elles connaissent à nouveau des ralentissements d’activité. Pour autant, les perspectives ne devraient pas manquer sur la métropole nantaise, qui connait un accroissement record de sa population (+1,5 % en moyenne par an, soit 9 415 habitants supplémentaires chaque année, au dernier recensement de population) ces dernières années. En conséquence, avec des arrivées importantes de nouveaux habitants, les besoins en logement du territoire sont très élevés sur un marché de l’immobilier déjà tendu avant crise et une vacance remarquablement faible (5 %). Du côté de l’accueil des entreprises, le même phénomène de tension est observé sur le centre-ville, et dans les zones d’activité les plus attractives. Plus de 30 consultations concernant le foncier public sont en cours ou vont être lancées par Nantes Métropole, la Ville de Nantes et les sociétés locales d’aménagement d’ici fin 2021. Cela représente un potentiel de projets de près de 200 000 m2 de surfaces plancher et un investissement de plus de 550 M€ en 2021 (450 M€ en 2020). De son côté, l’État prévoit, dans le cadre de son plan de Relance, notamment la rénovation énergétique de près de 90 bâtiments publics. Ainsi, les consultations pour marchés publics et appels d’offres sont nombreuses en ce début d’année. Elles représentent un volume important à absorber par les entreprises du territoire, mais relèvent d’un rattrapage nécessaire, bien en cours. Cela ne garantit pas pour autant à ce stade le déploiement d’un volume d’offre suffisant et adapté aux enjeux générés par les dynamiques d’accélérations démographique et économique locales à l’œuvre.

Sources :
INSEE, Acoss-Urssaf 2019
Source : DARES - Les tensions sur le marché du travail en 2019
https://www.economie.gouv.fr/covid19-soutien-entreprises/aides-versees-fonds-solidarite#
http://cartographie-plan-de-relance.portail-die.fr/batiments?datasetid=cp&field=cp&value=44109&zoom=11.30¢erlng=-1.5720¢erlat=47.2133&selected=regions:13,departements:100,cp:410
 
Méthodologie : 10 codes de la nomenclature d’activité NAF732 sélectionnés pour représenter la filière
  • 29 400

    emplois salariés privés en 2019

  • 10 %

    de l’emploi salarié privé de la métropole

  • + 14 %

    d’emplois depuis 2015

  • 9 320

    établissements en 2019

  • 75 %

    d’entreprises sans salarié

  • 480 M€

    d’encours de dette à court terme dans les secteurs construction et activités immobilières en septembre 2020

Partagez