Aller au contenu principal

Agence d'Urbanisme de la Région Nantaise

L’Agence d’urbanisme de la région nantaise (AURAN) produit des analyses, décrypte les tendances et actualise des données pour les collectivités. C’est un outil partenarial d’aide à la décision pour les élus et une ressource pour la compréhension et la mémoire des territoires.

Vers un autre usage des voiries d'accès à la métropole nantaise

L’Auran réalise actuellement une étude avec le Pôle Métropolitain Nantes-Saint Nazaire et Nantes Métropole pour mieux comprendre le fonctionnement des différentes grandes voiries assurant l’accès à la métropole depuis les territoires voisins, en ciblant notamment leurs possibles usages. En effet, plusieurs données soulignent les enjeux liés à ces voiries, et appellent à une approche globale pour mieux cerner les pratiques de mobilité des habitants extérieurs à la métropole.

96 000, c’est le nombre d’actifs ne résidant pas dans la métropole qui viennent y travailler.
Chaque jour, près de 100 000 actifs (navettes domicile-travail, Insee 2012) viennent travailler sur la métropole nantaise. L’accroissement de ces déplacements, lié aux dynamiques démographiques ainsi qu’à l’attractivité du territoire, accentue la saturation des axes routiers en accès à la métropole. Le fonctionnement des entrées de la métropole apparaît ainsi comme un enjeu structurant.

88 %, c’est la part de la voiture sur les déplacements réalisés par ces actifs travaillant sur la métropole sans y résider
Les déplacements réalisés vers la métropole par les actifs n’y habitant pas sont très largement effectués en voiture (représentant environ 75 000 véhicules), principalement pendant les heures de pointe. Si des progrès ont été enregistrés (hausse de l’usage des transports collectifs depuis 2009 avec une part de 10 % des trajets, recours au covoiturage…), ils n’ont toutefois pas permis de diminuer le nombre de voiture sur les routes.

21, c’est le nombre de parcs-relais situés à l’extérieur du périphérique nantais (37 à l’intérieur)
Les portes du périphérique constituent des points durs de circulation sur la métropole. Situés en amont du périphérique, les parcs-relais contribuent à la réduction du trafic dans la centralité.
Sur les 58 parcs-relais de la métropole nantaise, 21 sont situés à l’extérieur du périphérique, totalisant 2 410 places (soit le tiers des places proposées sur l’ensemble de l’agglomération). Parmi ces 21 P+R, 14 sont liés aux gares TER / tram-train, 5 aux lignes chronobus C4 et C7, et 2 au tramway.
Par ailleurs, le croisement de l’offre globale des P+R sur le territoire (7 370 places) avec les 96 000 actifs extérieurs à la métropole fait ressortir une pratique marginale, qui interroge tout autant sur la localisation des P+R et leur offre respective, que sur les incitations pouvant être faites pour encourager un usage raisonné de la voiture.

40 000, c’est le trafic quotidien sur la route de Pornic (RD 723)
La route de Pornic constitue la voirie d’accès à la métropole la plus fréquentée, avec un trafic quotidien aux alentours de 40 000 véhicules (deux sens confondus) sur sa portion intra-périphérique (trafic enregistré entre la porte de Bouguenais et le rond-point des Marguyonnes). Caractérisée par un profil très routier (2x2 voies avec terre-plein central, séparée de l’urbanisation), la route de Pornic constitue un exemple d’axe à retraiter pour recréer du lien avec la ville (amélioration des franchissements nord-sud de l’axe, diminution des vitesses…), tout en conservant une fonction circulatoire forte.

 

14 axes ont été retenus pour faire l’objet d’un diagnostic détaillé sous l’angle de 11 thématiques reprenant à la fois des éléments de qualification de l’axe (gabarits, domanialité, trafics, saturation …), de l’offre de mobilité (transports collectifs, aménagements cyclables …), ou encore de caractérisation du tissu urbain traversé (population, emplois, séquences urbaines, relief, coupures …). Cette analyse permet de disposer d’un socle de connaissance uniformisé pour l’ensemble des axes étudiés (en vue notamment de la définition d’actions / expérimentations concrètes sur celles-ci).

 

Peérimeètre des 14 voiries d'accès analysées dans le cadre de la mission

L’Auran achèvera prochainement la réalisation de ce diagnostic, complété par un benchmark illustrant différentes solutions mises à l’œuvre aussi bien sur le territoire métropolitain, qu’ailleurs en France ou à l’étranger. L’étude se poursuivra par une approche plus ciblée sur un axe, permettant de proposer de manière concrète les solutions envisageables ainsi que leur complémentarité.

  • 96 000

    c’est le nombre d’actifs ne résidant pas dans la métropole qui viennent y travailler

  • 88 %

    c’est la part de la voiture sur les déplacements réalisés par ces actifs travaillant sur la métropole sans y résider

  • 21

    c’est le nombre de parcs-relais situés à l’extérieur du périphérique nantais (37 à l’intérieur)

  • 40 000

    c’est le trafic quotidien sur la route de Pornic (RD 723)

Partagez